Voyages Hors Routes

  • : Voyages hors des sentiers battus de Voyageur78
  • Voyages hors des sentiers battus de Voyageur78
  • : Voyages en 4*4 "hors routes". 30 ans de voyages avec une préférence pour : les déserts qu'ils soient chauds ou froids ...les points de vue et les paysages, dès lors qu'ils sont inoubliables. Albanie, Turquie, Islande, Grèce, Maroc, Sardaigne, Suivez-nous !
  • Contact

Rechercher Un Article Ou Un Album

/ / /

Note : attention !  en Avril 2013 le Ferry de KOMAN arrêté en 2012 ne fonctionnait toujours pas ! mais il aurait repris en 2014 ?? se renseigner..... 

Il ne devait pas être remis en fonction, remplacé par l'autoroute vers Tirana .... seuls restent des bateaux de passagers.

 

Après avoir lu un certain nombre de compte rendus de voyages, et récupéré des traces, merci à tous, nous savons que nous allons nous régaler en Albanie et quittons la France le lundi 22 août 2011. Départ de l'Ouest parisien, Michel est, entre autres, allergique aux autoroutes, aux radars (aux képis qui vont avec) et aux péages. Le GPS est donc programmé en "plus court", "sans péage". Nous n'irons pas forcément très vite, mais on laisse notre assistant nous diriger, et il nous réserve de belles surprises.

 

Nous traversons de minuscules hameaux, mais également des zônes industrielles, soyons honnêtes. Des Yvelines à Pontault Combault, 43 km de région parisienne....ouf, on en sort. Notre itinéraire passera donc par la France (Nancy, très jolie ville), l'Allemagne (1° camping vers le lac de Constance, des moustiques), l'Autriche, l'Italie, re l'Autriche (2° camping, super 5 étoiles).

Dans ces pays, nous n'avons pas bivouaqué, celà nous a paru difficile, trop propre ?? Réflexion en rapport avec la suite, bien entendu ! Heureusement, les frontières n'existent plus, sinon nous aurions trouvé ce trajet un peu moins plaisant.

 Albanie-2011 (022) 

 

Passage en Slovénie, toujours propre et bien léché, on se croirait en Suisse, le tout sur de petites routes en montagne et forêts.

Albanie-2011 (018)  

 

 

Nous avons passé la frontière Slovène à Radendorf : 1143 km,  le GPS en avait prévu 1144, nous sommes donc meilleurs que lui !! 

 

En 3 jours et demi, mais aucun stress. Et nous voici en Croatie, par Rijeka, belles villas austro hongroises. Nous ne connaissons pas du tout cette région du monde, et découvrons le charme de cette côte, ourlée d'îles sous un beau soleil et pas mal de degrés. Nous sommes globalement agréablement surpris par la circulation, nous nous attendions à des embouteillages style Côte d'Azur.

 

 

Durant tout le voyage, notre sujet principal de conversation est : LE BIVOUAC. Nous sommes très exigeants, je vous ferai la liste de nos critères. Donc, ce soir, la chasse commence, et nous ne sommes pas très enthousiastes : c'est quand même bien urbanisé. Mais notre instinct type "Route 66" nous sauve. Je m'explique : dans ces pays, ils prennent un malin plaisir à modifier les tracés des routes, et des vestiges s'offrent parfois à nous. Et nous voilà face à la mer, les îles, le coucher du soleil, et un bout de terrain plat à l'entrée d'une maison abandonnée. Que demander de plus ?? eh bien, ne pas être emboutis durant la nuit par un sanglier fou, ça aurait été pas mal. El Toyo a bien résisté, et Michel ne s'est même pas réveillé...moi, j'ai cru naïvement à un tremblement de terre, heureusement car ma porte était ouverte (passé une certaine heure, les moustiques étaient allés voir ailleurs, merci) ! Bref, ça fait des souvenirs.


Le lendemain, le GPS, toujours lui, nous conseille d'aller voir l'intérieur du pays, nous obtempérons, pas fâchés de trouver des paysages plus sauvages, et pas que les paysages. En effet, à Gospic par exemple, nous constatons que beaucoup de maisons ont été visiblement touchées par la guerre : brûlées, impacts de balles, toits éventrés. Et lorsqu'elles sont réparées, on en voit quand même des séquelles. Nous croisons un Toy LJ 73 du 78, à la recherche d'une entrée de piste. Le temps qu'on fasse demi tour, il ne nous a pas attendus, dommage, ça aurait pu être sympa de partager nos impressions et nos renseignements. Nous sommes le jeudi 25 août, s'il se reconnaît !

 

Albanie-2011 (54)Visite de Split par 42°C, nous sommes déjà surpris de croiser plein de Français et de touristes en général, nous avons une tendance à préférer les sangliers, tout compte fait...


Petite baignade bien agréable sur la côte de Markaska, et nous suivons 2 CC Français (23 et 85) dans un camping à Slano. Nous vous le recommandons si vous   passez par là, la tenancière est fort gentille, le prix est doux, et la baignade assurée : 90 kunas, environ 14 € pour la voiture, la tente et nous deux.
Même pas de moustiques, c'est pour dire !


Le matin, baignade à 7h pour moi, avant de s'attaquer au plat du jour : DUBROVNIK. Albanie-2011 (108)Coup de chance, El Toyo se gare presque facilement sous les remparts, on   le surveillera des meurtrières. Parking : 10 kunas (1,50 €). Comme tout le monde, on déambule sur les remparts, 140 kunas pour 2 (21,50 €). Nous sommes enchantés par cette visite, c'est ahurissant de penser que certains étaient prêts à détruire cette ville...

 

 

 

 

On arrive à la frontière du Monténégro. Dans ce sens pas d'attente, je n'en dirai pas autant pour les autres... Et vu nos connaissances politiques, nous découvrons que le Monténégro fait parte de l'UE car la monnaie, c'est l'euro et on nous en demande 30 après mûre réflexion. Corruption ?? Voyons, mauvaise langue... Nous nous en tirons bien car nous avons appris plus tard que si notre 4X4 avait été considéré comme un pick up, et le douanier (?) a réfléchi longtemps, nous aurions dû lui offrir 80 de notre belle monnaie... Et on nous a également expliqué que non, le Monténégro ne fait pas partie de l'Europe, il en a juste adopté la monnaie... pas bête, ou ?? ... A l'heure actuelle on peut se poser la question.


Donc, pour le prix, on fait le grand tour des Bouches de KOTOR. Albanie-2011 (153)C'est juste fabuleux, une douceur de vivre nous a t'il semblé. On serait bien restés, mais  l'Albanie nous attend. La route est quand même très étroite, pas sûr que tous les camping cars passent sans se faire peur, d'autant que les locaux n'ont pas   froid aux yeux, je veux dire aux rétroviseurs. Albanie-2011 (180)

Visite de la vieille ville de KOTOR, très jolie, de belles églises orthodoxes, on boit un verre devant la "Maison Machin", sic.   Albanie-2011 (168)

 

 

 

Notre GPS, encore lui, est enfin programmé pour Shkodër et nous entraîne loin de la côte vers un grand lac. Il faut savoir que Michel adore l'idée de  bivouaquer au bord des lacs. Très déçu au Lac de Constance, pour cause de campings blindés, je lui accorde celui ci. Ambiance bizarre, un peu fin de monde,  et bien sûr, impossible de poser la voiture où que ce soit... Au feeling, on prend la direction de la Marina de Plavnica, un camping nous accueille bras ouverts, sous forme d'une ancienne babouchka, et son comparse, bien déçus qu'on ne boive pas quelques bières avec eux. Ce camping-là, on ne vous le  recommande pas : la douche en plein air sert de repaire à une escadrille de guêpes géantes ravitaillées au Red Bull, et les patrons font des blagues en anglais et monténégrain sur l'Europe jusque 2h du matin avec des étudiants tchèques...le tout pour quand même 10 €. Mais nous n'étions que 2 tentes, il y a du positif ! Et surtout, nous n'avons pas vu d'autre camping...

 

 

 

 

Jour 1 en Albanie  - 110 Kms :

 

 

Le lendemain, passage aux puces de TUZI qui nous rappellent un peu Goulimine et son marché aux chameaux, puis petite route vers the last frontier à Koplik, son camion "Perrier c'est fou"  à côté de celui rempli de cochons. Plus on approche de la frontière, plus c'est sale, plus il y a de vieilles Mercedes, on s'y met !  

 

carte jours

 

 

Route pour SHKODËR, ses DAB, ses embouteillages, les odeurs, ça y est, on est là et bien là. Déjà une impression de Moyen Orient, et finalement, on pensera souvent à la Turquie, mais je ne suis pas sûre qu'ils apprécieraient qu'on dise ça, vu leur histoire commune mouvementée.

 


Direction THETH, incontournable visiblement, et on confirme ! La route devient piste, monte dans les alpages, nous reconnaissons les ex-votos qui font  frissonner au bord du ravin, les paysages sont aussi beaux que décrits dans les blogs. Albanie-2011 (214) La piste du Nord donc à l'aller, la piste du Sud pour descendre, en  direction du point de bivouac "Soshi Bar". 30 km en 2 heures.

 

Albanie-2011 (216)

 

  Désolée, le Soshi bar ne nous inspire pas, nous rebroussons chemin pour nous installer au bord d'un champ avec vue 14 étoiles et propre. Visite de 2 petites filles très sages qui s'assoient à côté de nous. Albanie-2011 (222)

Frustrant, car impossible de bavarder.

 

 

Ensuite, une bande de petits mecs entre 10 et 14 ans environ, gavés de testostérone, nous rejoignent. Pas méchants pour 2 sous, mais on a du mal à trouver drôle qu'ils aient une bouteille d'essence avec eux et qu'ils mettent le feu autour d'eux...et si on avait su la quantité de végétation brûlée rencontrée par la suite...
Des adultes sont en train de tailler des arbres pour construire leurs meules de branchages, nous n'avions pas vu ça ailleurs. Tout ce petit monde s'éclipse à la tombée du jour, avec leurs troupeaux divers et de grands tchao. La lune se lève sur les montagnes environnantes, nous profitons du silence et de l'absence de lumières. Réflexion que nous nous ferons tous les soirs. C'est fou comme l'Albanie qui est un petit pays recèle des paysages grandioses. Et des étoiles, comme on ne peut pas les voir en France !
De toute la soirée + nuit + lever : 1 seule voiture passe. C'est bien !

 

 

Jour 2 en Albanie  - 110 Kms :

 

Au total, les 70 km de l'itinéraire sud sont couverts en 5h40, pas de goudron pendant 24h, et pas mal de photos !

Retour sur SHKODËR, en passant par le pont de MES. Albanie-2011 (234) 

Premiers achats d'épicerie : bluffés par les prix, effectivement, rien à voir avec les nôtres ; les tomates et les fruits seront toujours délicieux, ainsi que le yaourt (kos) vendu en bouteille d'1 litre, très pratique car elle se referme bien. Et les gens sont très gentils, bref, on est contents !

 

 

Passage involontaire à la décharge de Shkodër, attirés par un magnifique monument à la gloire du communisme et des   soldats forcément valeureux. Un peu décontenancés par ce gigantisme + les enfants qui fouillent dans la décharge, nous en oublions de déposer notre obole... Albanie-2011 (240)

il faut dire que les odeurs ne donnaient pas envie de s'attarder.

 

 

 

 

Sur la route de KOMAN et son célèbre ferry, nous déjeunons au bord du lac de DEJES, c'est dimanche, mais tranquille, le berger s'en va avec ses vaches. Au moment de partir, une voiture arrive, le chef de famille nous parle quelques mots de français ! Nous doublons le cycliste qui prenait des sous en même temps que nous à Shkodër, on le retrouvera au ferry où il arrivera peu après nous. La route est bonne, sans problème. Arrivés à 15H30, nous prenons nos quartiers sur le quai, où il n'y a pas grand monde.

Nous sommes cornaqués par le gérant du petit café restaurant, très gentil et dynamique. Avertis par vos expériences précédentes, nous restons sur place pour réserver notre embarquement sur le ferry du lendemain matin. Le jeune Albanais nous emmène sur sa barque à moteur se  baigner plus loin dans le lac, au soleil. Albanie-2011 (257)Malgrè une panne de moteur et une belle glissade pour moi, on passe un moment très agréable, que nous vous invitons à essayer lors de votre prochain passage. Pour 11 € par personne, vous serez surpris par ce lac qui n'est pas froid malgré sa ressemblance avec les fjords norvégiens. Et comme me le faisait remarquer le cycliste, qui s'avère Autrichien et en route pour Istanbul puis l'Arménie (il y a des fous partout !), ça permet de se laver. En effet, soyons clair : sur ce quai de Koman, pas de facilités. Les toilettes publiques sont réellement infréquentables. Bref, heureusement, sur le ferry les toilettes étaient très propres.
Nous dînons d'un très bon poisson cuisiné par notre hôte, avec les frites les meilleures du monde, pour moins de 20 € en tout, avec boissons.
La nuit est calme, en effet, peu de monde.

 

 

Jour 3 en Albanie - 183 Kms :

 

Le matin, l'activité reprend tranquillement, Albanie-2011 (259)un groupe de jeunes marcheurs tchèques part sur un petit bateau avec le cycliste, puis le ferry arrive, débarque  ses camions remplis de pierres... et  on nous installe, sur la passerelle en surplomb, alors que le ferry est loin d'être plein. Tarifs : 400 leke le tunnel  (3 €) et 3000 le ferry (23€). Albanie-2011 (267)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous bavardons avec de jeunes Allemands partis pour 3 mois, baba cools, et surtout 2 Tchèques qui travaillent au Kosovo pour un  organisme européen sur les crimes de guerre, les viols, la corruption...  Passionnant, mais ils ne sont pas très optimistes sur le devenir de cette région, y compris l'Albanie.


Ceci ne nous empêche pas de faire 1000 photos à la minute durant ce trajet fabuleux. C'est vraiment un incontournable de l'Albanie ! Sauf que notre ferry effectue le sauvetage des passagers du bateau piétons en provenance de Fierze. L'embarcation a tout simplement coulé en 5 minutes, et celà ne semble pas être si rare que ça....

Albanie-2011 (301)

Heureusement, tout le monde est vivant, y compris un couple de vieux Albanais. La plupart des gens ont pu sauver leurs sacs (des marcheurs allemands), mais certains ont perdu leurs affaires, et donc leurs papiers, leur argent... Ambiance. Certains semblent assez choqués, ils ont quand même passé   un moment accrochés aux parois du lac, trempés. Albanie-2011 (298)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Donc, après quelques manoeuvres pour récupérer tous les naufragés, un sac qui flottait plus loin, les bouées  de sauvetage ailleurs, nous reprenons la direction de Fierze, où nous sommes un peu surpris de la simplicité du débarcadère !

Surpris également de voir des  fermes tout le long du trajet du bateau, ces gens n'ont aucun moyen de communication avec le reste du monde autre que les bateaux du lac. Au moins pas d'embouteillage sur le périph' !


PS : contrairement à ce qui est noté dans le Petit Futé, un seul ferry par jour, et nous avons eu la chance d'avoir le "neuf" qui navigue 1 jour sur 2.


Le village de Fierze nous impressionne également par son côté succint et rustique, comme figé dans le temps.

Route de KUKES, goudron, paysages plus ouverts, comptage de bunkers sam'suffit (monoplaces).

Albanie-2011 (313)

 

Le goudron se dégrade un peu, pour mieux nous surprendre : il devient une autoroute, que nous devons bien entendu traverser pour prendre la direction de Kukès (encore une fois ça nous rappelle le Moyen Orient !). Pensée émue pour le cycliste derrière nous. Kukès  se traverse en direction de PESHKOPI, au milieu des immeubles années 80 qui ont l'air bien plus vieux que ça.
Impatients d'attaquer la piste de Peshkopi de sinistre réputation, on ne s'attarde pas en ville. Nous ne nous fions pas aux premiers km de goudron, la piste devient bien poussiéreuse, bivouac sympa un peu plus loin que l'école de Claudius. Un grand espace dégagé, avec encore une vue somptueuse, nous nous trouvons dans le no man's land entre les bunkers albanais et la frontière macédonienne ; mais la trêve fut bien respectée, seule une Audi est venue nous tourner autour le matin , seulement 2 tours, donc ils ne nous ont pas confondus avec un marabout ! 5 voitures seront passées entre notre arrivée et notre départ, et nous sommes loin de la piste.

 

 

Jour 4 en Albanie - 110 kms :

 

A partir de Kukès, nous sommes entrés dans une zone plus musulmane, des mosquées neuves, et l'appel du muezzin ce matin. Finalement, plus de goudron que de   mal. L'itinéraire Kukès - Peshkopi sera sans doute entièrement goudronné dans un an (ou 2). On quitte les traces GPS en direction de MUHUR par une vallée agricole riche en vergers (pommes - mirabelles) et en maïs. La direction de SELISHTE nous pose problème, avec de l'aide locale nous trouvons une jolie piste à flanc de montagne, par QAK MURRA. Un oiseau de mauvais augure nous explique que la piste que nous recherchons pour accéder au parc de LURA (se prononce Lula  apparemment, aucun rapport avec le Brésil) par la face sud ne se fait qu'à pied...Bien entendu, on y va quand même, alors que nous n'avons aucune trace de passage dans ce parc réputé pour ses jolis lacs de montagne. Albanie-2011 (343)Et effectivement, la piste est plus que dure, genre trial dans les traces des bûcherons, en côte à 25 % (évidemment, aucun moyen de vérifier cette affirmation qui n'engage que moi). Par contre, les ornières, elles, font bien 60 cm et pour rajouter à   l'ambiance aventure Camel Trophy, il y a pas mal de feux de brousse autour de nous. Nous croisons un charbonnier avec sa choupinette à lunettes (8 ans), serein vis-à-vis des feux et de notre itinéraire (le tout en Albanais dans le texte !), donc nous continuons et découvrons ces fameux lacs, qui sont bien beaux. Albanie-2011 (345)A part quelques crapauds géants et 2 bergers, nous ne croiserons personne pendant toute cette balade. Mais attention, la piste du Sud est vraiment  dure, et certainement impraticable par temps boueux.

Par contre, on peut tout à fait accéder aux lacs par la face nord, l'itinéraire devient beaucoup plus facile dès qu'on arrive au 1° lac, c'est-à-dire le dernier en venant du nord (vous me suivez ?).
L'itinéraire fait environ 70 km, nous avons mis 8h avec 3/4d'h de pause déjeuner...et un passage à 1724 m d'altitude. En fin de trajet vers Lura e Vietër, l'hôtel indiqué parle Petit Futé est effectivement idyllique, mais farouchement fermé ! A vérifer donc si vous comptez dessus.
Grâce à ses cartes russes ou albanaises, Michel trouve une piste Albanie-2011 (365)qui doit nous ramener directement sur Peshkopi sans refaire toute une boucle indiquée en  goudron par la carte Michelin de Grèce de 1989 (sous réserve donc, vous vous en doutez !).
Arrêt bivouac derrière un lot de tuyaux rouillés et un engin de Travaux Publics hors d'usage. Le traditionnel berger nous affirme que nous sommes bien sur la "route" de Pehskopi. Il repassera d'ailleurs au petit déjeuner partager un café avec nous !

 

Jour 5 en ALbanie - 122 kms :

 

La route est une piste, mais facile, offrant de magnifiques points de vue sur la vallée du Drin, dans lequel nous offrons une toilette à notre vaillant Toyo.

Un Albanais dans un Disco immatriculé en GB (étonnant ?? la moitié des véhicules circulant en Albanie sont immatriculés à l'étranger, notamment en GB et Italie) décide que nous devons être pris en charge jusque Peshkopi ; nous le suivons donc dans la traversée de la vallée, toujours agricole. En ville, il nous fait garer sur une place typique : des bennes à ordures dégoulinantes, des vaches, des chèvres, des tas de bois (il faudrait que l'Albanie investisse dans un programme de panneaux solaires, car bonjour la déforestation, et pourtant nous ne sommes pas particulièrement écolo puisque quatre-quatreux !), des vieilles Mercedes et ô surprise, un certain nombre de voitures immatriculées en France ! Albanie-2011 (372)Nous sommes invités à boire un café sur la terrasse de l'hôtel époque communiste dont je vous recommande de visiter le hall ! Assez typique lui aussi... Longue conversation passionnante en anglais, et nous découvrons que cet Albanais attend avec impatience l'entrée dans l'UE et le passage à l'euro ; impossible de lui dire que nous ne sommes pas convaincus de l'intérêt de la   chose, au vu de certaines situations actuelles !


Balade dans la ville, notamment dans la rue principale ombragée à souhait. Beaucoup de gens déambulent dans un joyeux bazar, principalement des hommes,  jeunes, mais les femmes sont présentes également et facilement court vêtues et/ou élégantes. Mon féminisme est satisfait. Les principaux bâtiments sont des  banques, avec garées devant, les plus belles voitures, bien chères...donc, l'ordre mondial est respecté !
Départ vers POGRADEC : on se retrouve à la frontière macédonienne, absolument pas annoncée...demi-tour ! Allez, on quitte la route de Tirana et on retrouve  la nationale à 4X4 pour une très belle balade le long du Drin et la frontière macédonienne. On remonte en altitude, passage sympa dans des terres de couleur, comme à Chamarelle de l'île Maurice et on découvre que nous sommes à l'entrée d'un parc national, réserve à loups, lynx et ours. Un gars nous dit "yo" (c.àd. non) pour  prendre la piste prévue, cette fois on obéit et on reste sur la "route" jusqu'à un bivouac en plein champ, bercés par des tirs de ??? on ne sait pas mais je  n'aime décidément pas l'ambiance de guerre ! Nous sommes à 42 km à vol d'oiseau d'Ohrid.

 

 

Jour 6 en Albanie - 186 kms  :

 

Matin frisquet : 14 °C...le mini bus de 6h45 passe comme toujours.
On serpente entre les bunkers, la route est en travaux, sera t'elle goudronnée ? Les cultures reprennent, les maisons sont souvent récentes avec des toits en tuiles rouges. 27 km après le départ, nous sortons du Parc SHEBENIK JABLLANICE, direction KARRISHTE. On s'offre une boucle vers la frontière et c'est le plus joli goudron que nous ayons croisé en Albanie. Pourquoi ? Corruption locale ??? Mais on reprend une piste plus tard, ouf ! On jardine un peu, le terrain et les cartes ne correspondent pas forcément. Et on suit un énorme chantier de tuyaux, je décide que c'est un futur pipe line, le même que nous avions croisé  en Turquie (ce me sera confirmé par le Petit Futé qui y fait allusion). Albanie-2011 (430)  

On finit par une descente en 1° courte dans des marches bien pierreuses et  piégeuses...pour retrouver le goudron jusqu'au Col de THANES et sa superbe vue sur le lac d'Ohrid. Arrêt au village de LIN, mais nous avons la flemme de chercher activement la chapelle indiquée dans le guide. Les gens sont occupés à trier et rentrer les oignons. Albanie-2011 (439)

 


POGRADEC : ville sympa, son front de mer avec les joueurs de dominos attablés, Albanie-2011 (447)les cafés sur l'eau, douceur de vivre et contrastes entre bâtiments nouveaux et anciens. On achète enfin une carte papier d'Albanie (pas trouvée en France), mais à la première occasion on déchante : aussi fantaisiste que le Petit Futé, c'est dire.
Sortie de POGRADEC par les bidonvilles, on ne trouve pas le "antic bridge" dûment signalé, on double un cycliste findanlais (encore un fou), sur cette grande  plaine agricole et parsemée de petites chapelles, de maisons élégantes à 2 étages et colorées. On contourne KORCE et sa centrale thermique,et goudron vers  VOSKOPOJE, alléchés par le Futé et un article dans un Géo de 1997. Bivouac, avec le traditionnel passage du troupeau de biquettes et les chiens. Cette fois, ils ont un collier anti-loups, heureusement, on dort dans la voiture !

 

 

Jour 7 en Albanie - 59 kms  :

 

Encore un matin bien frisquet : 11°C. Et on part à la rencontre des nombreuses chapelles de Voskopoje, notre coup de coeur.Albanie-2011 (460)

 

Albanie-2011 (477)

 

Ca vaut vraiment la peine, je vous passe les détails.

 

Albanie-2011 (457)

La prochaine fois, vous chercherez la tombe du vétérinaire, chevalier de la Légion d'Honneur, mort pour la France !

 

 

  Albanie-2011 (479)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et la suite sera une journée d'enfer à  chercher un passage vers le nord ou l'ouest dans le massif montagneux du coin, de 11h à 17h30. Présenté comme ça, vous avez compris : un million de demi tours plus tard, nous revenons à notre bivouace de la veille avec le même troupeau et aussi froid.

 

Mais entre-temps, nous nous somme posés dans les ornières de bûcherons, lesquels étaient fort judicieusement derrière nous ! Il nous a donc suffit de les attendre, de préparer la sangle et leurs preux camions russes nous ont sortis de là sans encombre, toujours en Albanais dans le texte, mais pas besoin de grands discours pour voir que la garde au sol d'El Toyo avait été prise en défaut ! Albanie-2011 (497)

Donc nous aurons fait royalement 59 km ce jour là...

 

 

Jour 8 en Albanie - 182 Kms :

 

Puisque ce n'est pas possible autrement, nous reprenons le goudron vers KORCE, son Rungis qui vaut la visite, son église gâteau à la crème (religieuse ?).
Route pour Malik - Elbasan. 12 km de goudron jusqu'à une autre centrale thermique puis plus rien à voir avec une nationale rouge normale de carte routière  traditionnelle ! Albanie-2011 (522)On suit la rivière DEVOLL, très jolie, des villages toujours aussi improbables comme MOGLICIE, sa garnison, son ancienne usine communiste, le tracteur d'un beau rouge mais hors d'usage, et de la musique techno !! Si si ! 2 géomètres nous laissent penser que là aussi le goudron va gagner du terrain, lequel se mettrait donc en accord avec la carte ?
Un défilé magnifique nous rappelle les Gorges du Dadès, mais en beaucoup plus long et moins de véhicules. A la sortie vers BRATILA, la piste s'améliore jusque GRAMSH. Là, Michel le cartomancien nous déniche une piste pour BERAT, les locaux nous donnent des avis divergents, à plusieurs reprises, mais on y arrive, avec un peu de technique, mais rien de majeur..à part la poussière et 38°C. L'arrivée dans la vallée à l'heure du bivouac se révèle démoralisante, rien selon nos critères et c'est pourquoi nous nous réfugions à l'hôtel CASTLE PARK de Bérat, où nous passerons une bonne soirée. A part un mariage calme, nous sommes les seuls clients et le restaurant est excellent. Adresse recommandée, donc !

 

 

Jour 9 en Albanie - 130 Kms :

 

Balade dans la citadelle de Bérat, Albanie-2011 (546)dont les pavés sont bien glissants, je confirme. Albanie-2011 (541)Presque seuls, si ce ne sont quelques mariages colorés qui viennent faire leurs reportages photos. Nous sommes dimanche, et nous croiserons de nombreux cortèges joyeux et vifs. Albanie-2011 (556)D'ailleurs, dans chaque petite ville traversée en Albanie, nous avons été surpris de voir plusieurs vitrines de robes de mariées, blanches et encombrantes !
Piste pour TEPELENE, en montée pendant au moins 15 km avant de commencer à apercevoir des endroits de bivouac potentiel, donc aucun regret pour l'hôtel... Depuis la descente vers Bérat, nous avons visiblement changé de région, moins d'eau, des oliviers, érosion et ravinement.
A BUZI (ou BUZ), on quitte la trace GPS pour un raccourci qui se révèle goudronné, pas forcément lisse, mais goudron quand même ! Route Memaliaj - Tepelene. Puis "route" rouge du Sud vers VLORE en passant par SINANAJE, sa Range et son monument titosque. En fait, c'est une piste, je vous rassure,  caillouteuse et poussiéreuse à flanc de toutes les collines au dessus de la vallée de la Vosjes. Magnifiques points de vue entre les incendies de  broussaille. D'ailleurs, notre bivouac du soir est un peu cerné, mais les traditionnels bergers qui descendent nous rassurent, et vers 21H30, tous les foyers sont éteints.

 

 

Jour 10 en ALbanie - 170 Kms :

 

Comme toujours, les bergers remontent. Ils s'installent non loin d'EL Toyo après m'avoir saluée, et ne partiront que lorsque Michel se sera extirpé de la voiture (il se lève un peu plus tard que moi), comme s'ils s'assuraient que tout allait bien ; et ceci arrivera une autre fois.
A PLOCE, malgrè les indications de la carte albanaise, nous ne trouvons ni site antique, ni château, ni lac... sans doute, ne montrons-nous pas de bonne volonté ! Petit goudron, pas de piste permettant la traversée du massif, donc nous restons sur la route pour VLORË en passant devant le monument titosque de DRAGOVICA. Vlorë et ses embouteillages, ses immeubles presque neufs, son absence de bateaux dans la rade, et la côte se dévoile, ses criques, ses restaurants/cafés. Notre 1° impression est bonne, allons, ce n'est pas si sale que ça... Impression corrigée plus tard, malheureusement. Col de LLOGARES en forêt, nous sommes surtout ébahis par la descente vers les plages.

La première nous appelle, de loin elle est superbe, blanche, bleue, verte, vide. De près, elle est toujours vide, bleue, le vert ne fait pas d'ombre, le blanc est caillouteux, et surtout elle est SALE.... Grosse déception, on s'imaginait déjà dormir là, comme en Sardaigne.... On repart, entretemps un FRONTERA VW 74 vert s'est installé, avec sa tente de toit (lundi 5 septembre) ; contact succint, déçus, nous repartons vers d'autres horizons. Bonjour quand même, si vous lisez ces lignes !!  On croise également une Twingo slovène avec tente de toit !

Découragés, mais pas trop, on se dirige vers DHERMI, tant vantée par nos prédecesseurs.

Consternation, comme dirait Souchon... A VUNO, on traverse la  décharge vers une jolie crique, mais déjà occupée par des Allemands et des Albanais. Baignade et on repart vers d'autres lieux moins saturés. HIMARA, bof, baie de PALERMO : le site militaire est tout brûlé, Albanie-2011 (615)on visite la forteresse d'Ali Pacha qui est en vraiment très bon état de conservation. Albanie-2011 (619)L'isthme est bien  rempli de CC, donc on s'en va vers BORSH. Et là, ça va. On repère les lieux, on tente d'aller sur la plage suivante selon le principe que c'est plus beau  plus loin, mais pas de passage, donc on revient s'installer sur une dalle de béton posée sur la plage, côté nord de Borsh. Albanie-2011 (634)Ce n'est pas parfait, mais ça permet de se baigner soir et matin, d'aller dîner de poisson et de frites toujours aussi délicieux... et de lire tranquillement bercés par le bruit des  vagues. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'était propre, mais il faut bien se poser !

 

 

Jour 11 en Albanie - 134 Kms :

 

Programme du jour : Saranda, Butrint. Je constate que cette plage de Borsh n'est pas citée dans le Futé, alors que c'est une des plus belles. Bref ! Dans la brume de chaleur, on aperçoit Corfou : c'est grand ! Toute la route côtière est goudronnée.
SARANDA : ville en construction, jolie baie, encore une fois pas grand monde.
KSAMIL : tout à fait charmant avec les petites îles qui agrémentent sa baie, malgrè l'urbanisation anarchique mais encore relative.Albanie-2011 (656) Nous sommes déconcertés  par les maisons qui ont perdu leur assiette, résultat d'une campagne gouvernementale qui a fait détruire, sans les déblayer, plus de 200 maisons ne respectant pas le plan d'urbanisme !! Albanie-2011 (654)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BUTRINT : nous sommes seuls sur le site, bien expliqué avec des panneaux clairs, comme quoi c'est possible ! Frustrant de ne pas pouvoir profiter des mosaïques cachées sous une épaisse couche de graviers. Albanie-2011 (682) Nous bavardons avec un CC du 89, très sympas. Nous ne prenons pas le bac avec eux, car nous repartons sur Saranda et Girokaster, en navigant entre les indications contradictoires des cartes et du guide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monastère de MESOPOTAM : un berger nous ouvre le portail, et c'est une pépite en cours de restauration (?), avec un bestiaire sculpté très bien conservé.

Albanie-2011 (688)

 

 

 

 

 

 

Passage à BLUE EYE, aussi surprenant que prévu ! Albanie-2011 (693)

 

L'eau y est vraiment froide...

Piste dans les collines à l'est en montant sur Girokaster pour bivouaquer, en passant devant un monastère habité, un petit bijou : NEPRAVISHTË. Albanie-2011 (704)
El Toyo affronte les éléments avec vaillance, l'orage ne fera que nous tourner autour, mais le spectacle est aussi grand que le paysage offert par notre bivouac dans un champ.

 

 

Jour 12 en Albanie - 159 Kms :

 

Visite du traditionnel berger, qui attend lui aussi que Michel se lève ; il est ensuite rejoint par une bergère et ils échangent âne contre troupeau !
On descend vers un lac avec des oiseaux, et on découvre des taudis comme on n'en avait pas encore vu en Albanie, je suis émue de penser que des enfants vivent là. On en reverra en Grèce, qui n'est pas très loin.

 

 


Visite de GIROKASTER où les jeunes lycéennes à la dernière mode viennent de récupérer leurs livres de cours. Nous ne sommes pas enthousiasmés par cette ville et ses dealers dans le tunnel qui passe en-dessous de la citadelle. Grand route pour la frontière grecque, les villages à flanc de montagne sont presque aussi beaux que Girokaster. Mais nous sommes rarement enthousiasmés par les villes, la foule et le bruit !!

Albanie-2011 (717)

Albanie-2011 (737)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frontière à KAKAVI, sous une pluie battante. En 1989, date de notre carte Michelin, c'était répertorié comme un "passage exceptionnel"... On quitte l'Albanie à regret, mais sans payer de taxe de sortie. Abolition des privilèges ?


Tout de suite, c'est différent : meilleur goudron, plus propre, c'est écrit en grec, donc on n'y comprend rien, mais toujours aussi peu de circulation ! Et il faut ajouter une heure à nos montres.
GORGES DE VIKOS : très très bien, la balade vaut la peine, une vue à couper le souffle surtout à celle qui a le vertige !Albanie-2011 (757)
Et on va se mettre sur des traces GPS : un pur bonheur, un grand merci à celui qui nous les a communiquées. Un premier pont de pierre antique nous émerveille, et ce sera une succession de modèles différents, on passe notre temps à les chercher et on en trouve plein ! La région des ZAGORIA en regorge, comme celui de GEFIRA.Albanie-2011 (766)

 

 

 

Malheureusement, la pluie est telle que les essuie glaces fonctionnent en vitesse maximale, chose à laquelle Michel est allergique normalement... On se pose vers DOLANI, le temps se calme, mais il ne fait que 15°C.

 

 

Jour 2 en Grèce - 143 Kms :

 

On va de vieux pontsAlbanie-2011 (774) en monastères en passant par moult églises, les villages en pierre sont superbes, tout va bien. Belle piste en forêt, facile, qui nous amène au LAC DE PIGON et au soleil qui ne nous quittera plus. Très beau lac avec des îlots, des jolies gloriettes à pique nique, qu'on retrouve un peu partout sur notre itinéraire, toujours placées pour profiter de superbes points de vue. La piste repart en forêt, plus claire et plus sèche, très agréable.

Nos tentatives de quitter la trace se terminent en demi tour, donc encore merci à celui qui a tracé l'itinéraire. Au village de VOVUTSA et son grand pont à 1 arche, on retrouve le goudron, un goudron boursier : il monte, descend, s'effondre parfois...
Piste qui traverse le PARC DE PINDOS : d'abord pelé style Ben Nevis en Ecosse, puis une extraordinaire forêt d'arbres (oui, je sais) à mâts de bateaux, tous droits, somptueux, puis descente vers le torrent... Albanie-2011 (810)Du grand bonheur ! Puis col à 1707m, le goudron s'effondre tant que dans quelques temps, on ne passera plus du tout ! Albanie-2011 (819)

Station de stockage de dameuses de KATARA (genre hallucination !), puis on monte aux radars et tour de guet d'incendies et on arrive à une station de ski. Les vaches y sont bien plus grosses que les albanaises (les hormones ?), mais leurs yeux ne sont pas bordés de khôl.   Bivouac un peu frais en forêt à 1757m.

 

 

Jour 3 en Grèce - 183 Kms :

 

Direction les METEORES, en contournant Metsovo par Amaranto, Kastanka. Pistes et goudron. Nous sommes choqués de voir les taudis dans lesquels les bergers sont installés, souvent en couple. Rien vu de tel dans les montagnes albanaises, et ici, ils ne redescendent pas dans la vallée tous les soirs. Le système  est donc très différent. Nous constatons que leur territoire est délimité par des plastiques suspendus aux branches, comme pour éloigner le mauvais sort ??   Bizarre et moche.


Arrêt à KALAMBAKA, où nous assistons au départ vrombissant de plus de 100 motos Goldwing de toutes couleurs et nationalités, c'est impressionnant.

Impressionnant également, l'embouteillage qu'ils provoquent sur le parking du Grand Météore ! Albanie-2011 (847)

 

Que nous visitons avec intérêt, pas besoin de commentaires, c'est tellement particulier et toujours surprenant, même en étant déjà venus dans une vie antérieure ! Albanie-2011 (886)

 

 

Albanie-2011 (863)

 

La route pour Ioaninna (le retour se précise) se transforme en magnifique autoroute à tunnels, puis en piste d'envol pour El Toyo qui se lâche, après des jours à 10 km/h de moyenne ! Nous choisisssons une sortie (pas encore de péage) pour reprendre les traces qui contournent Ioaninna par le sud. Bivouac dans un pré à coucher de soleil très coloré...

 

 

Jour 4 en Grèce - 148 Kms :

 

Un seul 4X4 pick up de berger le soir, 4 ou 5 le matin. Les traces que nous suivons débouchent sur une nouvelle piste cyclable, dans la ville de Kaci... quelque chose en russe ou grec. Ensuite, direction le théâtre de DODONES, le plus grand en Méditerranée d'après le guide vert. Le coin est joli, nous sommes seuls encore une fois, mais le site n'offre qu'un intérêt limité de notre point de vue.
Retour aux traces, une belle descente nous amène à une petite chapelle, et là, surprise, elle est ouverte, avec de belles décorations dorées, des icônes. Albanie-2011 (916)Ensuite, nous tenterons notre chance plusieurs fois, et les portes sont souvent ouvertes, contrairement à chez nous.

 

Quelques ponts parsèment cet itinéraire agréable, ainsi qu'une carcasse de Jimny (notre autre voiture), mais nous n'osons pas finir de la désosser !

A PARAMITIA, nous optons pour le bord de mer de PARGA, magnifique. On s'installe à l'hôtel VALTOS, sur la plage du même nom, accueil charmant, farniente, plage, restau...c'est bien aussi ! Albanie-2011 (937)

 

 

Jour 5 en Grèce  - 80 Kms :

Après une baignade matinale, on file vers Igoumenista, en fait, incorrigibles on choisit une piste le long de la côte (gros gabarits s'abstenir) et on découvre des bijoux de criques dans les oliviers, comme Agios Sostis Albanie-2011 (953)ou Sarakiniko.

 

 

 

A Igoumenista, nous réservons une cabine pour le ferry du soir, Minoean Lines, prévu à 23h30 pour Ancône.

Derniers moments à la plage au nord d'Igoumenista, au moins 3km et semble bien connue des CC !
Finalement, le ferry n'arrive qu'à minuit passé. En attendant, nous bavardons avec un CC du 34, qui nous raconte avoir traversé le Kosovo, pour éviter de passer en Albanie, tant leurs renseignements sur ce pays les inquiétaient ! Et nous, nous pensions que le Kosovo n'était pas encore déminé totalement ??

L'embarquement est épique, nous n'avions jamais vu les véhicules aussi tassés dans un ferry, même le Nörrona pour l'Islande n'ose pas faire ça !

Durée du voyage : 15h, une mer bien calme. le débarquement prend plus d'une heure, il faut démêler les rétroviseurs !
Fin du voyage avec un camping à San Marin, que nous visitons le lendemain matin, autoroute car on n'avance pas sur les routes italiennes, remontée par le Col du Mont  Cenis. Nous y bivouaquons, mais je vous assure qu'il ne faisait pas chaud : 14°C à 18h et 10°C le lendemain matin....

 


BIVOUAC : nous sommes donc extrêmement difficiles pour choisir l'emplacement de nos soirées. Lesquelles soirées étaient fort brèves, puisqu'il faisait nuit à 19H45 environ, heure à laquelle les moustiques se régalent en général, pas partout quand même ! Albanie-2011 (985)

Donc, plusieurs critères, pas forcément dans l'ordre d'importance : la propreté, l'isolement (notre douche est totalement extérieure, pas de cabine autour et pas de WC dans le Toy), pas de bruit (nous acceptons les cloches de troupeaux), la vue, pas de champ cultivé, pas de propriété privée et nous en rajoutons un : l'ensoleillement du matin, plus difficile à calculer !

 

Bien entendu, ce doit être plat, critère moins important depuis que nous ne montons plus la tente.
Et il va sans dire que lorsque nous levons l'ancre, nous tâchons de laisser l'endroit au moins aussi propre qu'il n'était, sachant que nos poubelles sont finalement déposées dans des décharges vu qu'en Albanie, il n'existe pas autre chose...

 

 

BUDGET pour 5600 kms et 24 jours d'itinérance :

 

Sommairement et en gros :
855 € de gazoil
54.80 € de péage (au retour)
30.00 € de taxe d'entrée au Monténégro
Campings : 129 €
Hôtel Bérat : 40 € - Hôtel Grèce : 100.00 €

Ferry Igouménista - Ancône pour un 4X4, 2 adultes dans une cabine : 377 € (sans cabine  190 €)
Tarif des autres passages le même jour : Brindisi  110 € ou Bari 160 € sans cabine
Achats de nourriture : 150 € en France puis 24 € sur place
Pots et restaurants : 135 €
Visites et parkings : 48,35 €
Tunnel + ferry de Koman : 3 + 23 €
Balade en bateau : 21 €

Soit un budget total d'environ 2000.00 € pour 2.

 

REMARQUES GENERALES SUR L'ALBANIE :

Tout se paie en liquide, comme par hasard, les terminaux de CB ne fonctionnent pas lorsque c'est affiché dans les stations d'essence.
Nous n'avons vu aucun camping durant notre périple, mais il faut dire qu'on ne les a pas cherchés !
Par contre, tout au long du voyage, j'ai noté un certain nombre d'endroits qui peuvent être des bivouacs. En général, ce n'est pas trop dur à trouver, sauf sur la côte et autour de Bérat.
Les gens sont très gentils, partout, tout le temps ; fiers de leur pays, et ils ont bien raison.
Les hommes serrent toujours la main à Michel d'abord, même s'il est planqué derrière la voiture, et après la mienne, mais je n'ai jamais ressenti aucune gêne.
Aucune mendicité, aucune demande ; dans un garage, Michel a fait nettoyer le filtre à air  ; le mécano n'a pas voulu être dédommagé. Lors de notre plantage, il a fallu insister pour que les gars acceptent un coca (pardon, une boisson pétillante).
Les gens sont très propres, même les bergers que nous avons beaucoup fréquenté !
Dans les magasins où nous sommes entrés, je n'ai jamais vu de boîtes de conserve de légumes sauf de la sauce tomate. Il faut donc prévoir ses réserves avant de partir. Par contre, tomates, concombres, fruits, yaourts sont délicieux et pas chers. Nous n'avons pas acheté de viande, par manque d'envie de se compliquer la vie avec du matériel adéquat à transporter, le temps de cuisson et la vaisselle..
Nous n'avons jamais eu peur de tomber en panne de gazoil. Il faut dire que les distances sont somme toute courtes, c'est juste que c'est long à parcourir !
Nous avons toujours trouvé de l'eau, très facilement, partout des fontaines. Nous avons bu l'eau locale pendant tout le voyage et à ce jour, tout va bien !!

 

Bref, nous revenons enchantés et c'est pourquoi ce récit est si long, envie de vous faire partager nos bons moments, veuillez m'en excuser !

 

Je ne voulais pas terminer sans remercier les nombreux bloggeurs ou intervenants de sites qui nous ont permis par leurs conseils, interventions ou fichiers de trace de réaliser ce voyage.

 

Capturer²²

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Publié par voyageur
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -